ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles Retour à la page systèmes Pantone et Gillier-Pantone Accès au moteur de recherche

DOSSIER PANTONE : LES PAGES DE MICHEL DAVID

 

PAGE 13

REFLEXIONS PERSONNELLES SUR LE FONCTIONNEMENT THEORIQUE DU REACTEUR PANTONE.

Page créée le 03/05/2002



Retour au menu M.David

 

Ce qui se passe réellement dans le réacteur PANTONE , est assez controversé.

Pour ma part, je pense, que toute l'affaire repose sur le fait que la vapeur de carburant que l'on force à passer dans le faible intervalle entre la tige centrale et le tube, s'électrifie par frottement sur cette tige et la paroi de ce tube. Il est indispensable que cette électrification soit obtenue, sinon le réacteur n'est jamais qu'un échangeur de chaleur qui permet tout au plus de volatiliser le carburant, ce qui a déjà été expérimenté par le passé et permet seulement d'améliorer légèrement la carburation par un meilleur mélange avec l'air.

Par contre, si cette vapeur de carburant s'électrifie, elle se décompose en un gaz combustible aux caractéristiques bien différentes de la simple vapeur de carburant. On obtient donc ce gaz lorsque les conditions sont réunies dans la construction du réacteur et surtout de son alimentation. La composition de ce gaz varie en fonction des carburants introduits dans le réacteur,et sont toujours à base de molécules d'hydrogène, d'oxygène, carbone etc.

Ainsi Monsieur PANTONE a conçu son réacteur simplement comme un échangeur à double sens. Les gaz d'échappement circulent dans unsens pour chauffer le réacteur, et le carburant, vaporisé ou volatilisé,circule en sens inverse dans le faible espace qui lui est destiné. La zone,dans laquelle circule la vapeur de carburant, est assez longue, environ 30 cm. Dans les premiers cm, le carburant pulvérisé se transforme au contact des parois chaudes, en vapeur sèche, puis les micro gouttelettes de cette vapeur sèche,en poursuivant leur avancée dans le faible espace entre tige et tube, s'électrifient par frottement, ce qui se produit facilement si elles circulent suffisamment vite et si le tube et la tige ne sont pas mouillés par du carburant.

Il faut noter que toutes ces micro gouttelettes et ces molécules,à peine chargées en électricité statique, vont se décharger immédiatement à l'approche des parois ou entre elles. Elles s'attirent, elles se repoussent,elles se chargent, elles se déchargent etc.

Ce qui est important à comprendre, c'est qu'à chaque charge et décharge, une petite étincelle se produit, cette étincelle favorise le morcellement des gouttelettes jusqu'à la molécule voir jusqu'à l'atome.

Toutes ces étincelles produisent la fameuse élévation de température que l'on observe vers la sortie du réacteur, température qui est supérieure à celle des gaz d'échappement.

Ceci est une approche simplifiée du phénomène qui est sûrement plus complexe et légèrement variable selon les produits utilisés. Ainsi il faut envisager qu'une précombustion puisse se produire dans certains cas dans le réacteur et donner naissance à des produits différents de ceux provoqués par le morcellement électrostatique.

On comprend donc maintenant l'importance qu'il y a à obtenir et à favoriser au maximum le phénomène électrostatique dont je viens de parler.

Donc, si le carburant n'est pas pulvérisé assez finement avant son introduction dans le réacteur, ou si ce dernier n'est pas assez chaud, l'intérieur de celui-ci sera "mouillé" et il n'y aura pas ou peu d'apparition de la charge électrostatique. Ainsi le réacteur ne produira pas le résultat recherché et le moteur fonctionnera de façon traditionnelle car il ne sera pas alimenté par ce gaz très particulier produit normalement par le réacteur.

Notez que si vous alimentez votre réacteur par le système du "bulleur" plutôt qu'un carburateur ou un injecteur, l'électrification se fera très vite au démarrage dès que le réacteur commence à chauffer, ce qui évite une trop forte condensation, donc le mouillage de celui-ci au départ,parce que le carburant est beaucoup plus divisé par le bullage et a moins de chance de se condenser. C'est pour cette raison que les systèmes expérimentaux réalisés avec des "bulleurs" fonctionnent tout particulièrement bien avec des carburants volatils, même s'ils sont de construction rudimentaire.

Vous devez comprendre maintenant, qu'il faut impérativement respecter trois conditions, pour que l'invention de Mr PANTONE, produise tout son effet :


Il est évident que se sont la première et la dernière condition, qui sont les plus difficiles à obtenir lorsque le moteur fonctionne à bas régime. J'ai longuement parlé de cette question dans mes autres pages.

QUELLE EST L'UTILITE DU PHENOMENE D'ELECTRIFICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU REACTEUR PANTONE ?

Considérons ce qui arrive à une seule micro gouttelette d'hydrocarbure ou d'eau, qui circule à grande vitesse, dans l'espace étroit entre la tige centrale et la paroi interne du tube du réacteur.

Etant donné la longueur du réacteur, il arrivera fatalement un moment où cette gouttelette viendra "frotter" contre la paroi ou la tige. Si les conditions citées plus haut sont réunies, cette gouttelette va acquérir une charge électrique positive ou négative contraire à celle du tube et de la tige. A peine acquise, la charge de cette micro gouttelette changera de polarité, soit par un contact nouveau avec la paroi ou la tige qu'il attire, puisque de polarité contraire, soit au contact d'une microgouttelette voisine qui se trouverait aussi momentanément de polarité contraire.

Comme je l'ai déjà dit, toutes ces charges et décharges d'électricité statique produisant des micro étincelles, élèvent la température du réacteur au-delà de celle que peut produire les gaz d'échappement.

Les étincelles favorisent aussi le morcellement des microgouttelettes jusqu'à la décomposition complète en molécules voire en atomes,tout ceci dans une ambiance de précombustion avec tout ce qui peut en découler.

Je pense que des chimistes spécialisés dans les questions de cracking, pourraient vous donner d'avantages d'explications, appuyées parles calculs correspondant.

Maintenant, nous en savons assez pour travailler sur le réacteur PANTONE et pour déterminer ses dimensions, sa forme, selon l'usage auquel on le destine. Personnellement, j'ai réalisé des réacteurs en verre, en cuivre, en téflon, selon le système du tube et de la tige centrale, mais aussi d'autres,complètement plats.

Il faut aussi avoir en tête que la charge électrostatique,se développe plus ou moins facilement en fonction de la nature des gouttelettes et de la nature des parois internes du réacteur.

Ainsi, s'il s'agit de gouttelettes d'hydrocarbure, la charge électrique se produira facilement parce que nous avons affaire à un produit très isolant, ceci même à vitesse réduite et même au contact d'un matériau conducteur comme l'acier. Lorsqu'il s'agit de vapeur d'eau, la charge électrique des molécules, aura de la difficulté à se produire par frottement au contact de l'acier, car nous avons affaire à deux produits plus ou moins conducteurs.

J'ai ainsi remarqué que le fonctionnement d'un moteur équipé d'un réacteur PANTONE, allait en s'améliorant au fil du temps. Je pense que c'est du au fait que les parois internes du tube et la surface de la tige, se recouvraient petit à petit, d'une très fine couche d'un produit isolant qui favorise la production de la charge électrique.

Maintenant vous connaissez les trois principaux critères du bon fonctionnement d'un réacteur PANTONE, notamment la nécessité d'une vitesse élevée des gaz dans celui ci, ce qui rend presque indispensable, dans certain cas, l'installation d'un dispositif d'obturation momentanée de la prise d'air qui se trouve à la sortie du réacteur et directement sur l'admission(voir pages précédentes).

Avec ce dispositif, après un préchauffage, tous les moteurs à essence fonctionnent parfaitement au fuel, c'est à dire qu'ils deviennent des moteurs fonctionnant au gaz.

Pour régler le problème de la vitesse des gaz , il serait intéressant de concevoir un réacteur de dimension variable, qui serait tout petit au ralenti, et grandirait avec l'augmentation de vitesse du moteur.

En fait, il serait intéressant de supprimer aussi la prise d'air, qui nous pose tant de problèmes, et de faire passer l'air par le réacteur variable, avec le carburant.

Je suis en train d'expérimenter ce type de réacteur, et vous tiendrai informé, si les résultats son bons.

DAVID M.

Dès 1840, on savait comment faire de l'électricité statique avec de la vapeur comme en témoigne ces extraits du

" Petit traité de Physique "

par M. J. Jamin

Gauthier-Villars Paris - 1882

William Georges Armstrong, inventeur anglais (1810-1871) est connu pour ses constructions de machines et de canons. Son système de canon fut appliqué à toute l'armée anglaise en 1858 ce qui le rendit célèbre et riche. Outre ses canons et sa machine hydroélectrique, il inventa diverses machines à pression hydrauliques.

 

 

 


 

 

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8
Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16


Retour au menu M.David



Retour au sommaire



Retour à l'Accueil