ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B.Fuller

www.quanthomme.org - Page créée le 16 octobre 2005

 

Les carnets de René

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES :

Un pas vers l'utilisation  d'hydrogène comme carburant

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/29277.htm

Une nouvelle  technologie solaire, capable de fournir une solution non polluante à la  production de carburant à base d'hydrogène a été testée à grande échelle avec  succès a l'Institut Weizmann, en Israël.

Cette technologie pourrait sans  doute aussi faciliter le stockage et le transport d'hydrogène. Un rapport sur  les résultats de ces expériences sera fait en août prochain au Congrès  mondial solaire 2005 de la Société internationale d'énergie solaire, qui se  tiendra a Orlando, en Floride.

L'hydrogène, l'élément le plus abondant de  l'univers, pourrait être, à l'avenir, un excellent carburant non polluant.  Mais presque tout l'hydrogène utilisé aujourd'hui est produit grâce à des  procédés très chers exigeant la combustion de combustibles fossiles  polluants. De plus, le stockage et le transport de l'hydrogène sont très  difficiles et très onéreux.

La nouvelle technologie solaire s'attaque à ces problèmes en créant une source d'énergie intermédiaire facile à stocker, à  partir de minerai métallifère, comme l'oxyde de zinc. A l'aide de lumière solaire concentrée, le minerai est chauffé jusqu'à une température d'environ  1200°C dans un réacteur solaire en présence de charbon de bois. Ce processus  fragmente le minerai, libérant de l'oxygène et créant du zinc gazeux qui est condensé en poudre. Celle-ci peut ensuite être mise en réaction avec de  l'eau, produisant de l'hydrogène qui sera utilisé comme carburant, et de  l'oxyde de zinc qui sera recyclé de nouveau en zinc dans une installation  solaire. Au cours d'expériences récentes, l'installation de 300 kilowatts a  produit de cette façon 45 kilos de poudre de zinc en une heure, ce qui  dépassait les objectifs des chercheurs.

Ce processus ne génère aucune  pollution, et le zinc qui en résulte peut être facilement stocké et  transporté, puis converti en hydrogène selon les besoins. De plus, le zinc  peut être utilisé directement, par exemple dans des piles zinc-air qui  servent de convertisseurs efficaces d'énergie chimique en énergie électrique. Cette méthode offre donc une manière de stocker l'énergie solaire sous une  forme chimique et de la libérer selon les besoins.

Le Pr Jacob KARNI,  directeur du Centre de recherches sur l'énergie à l'Institut Weizmann a  déclaré  :

"Après de nombreuses années de recherche fondamentale, nous sommes  heureux de voir que les principes scientifiques développés a l'Institut sont  vérifies par les nouveaux développements technologiques."

Michel EPSTEIN,  directeur de projet a l'Institut Weizmann ajoute :

"Le succès de nos  dernières expériences nous rapproche de  l'utilisation industrielle."

Depuis plusieurs années, le concept de  fragmentation du minerai métallifère à l'aide de lumière solaire est un sujet  de recherche au Canadian Institute for the Energies and Applied Research à  l'Institut Weizmann, qui possède l'un des équipements les plus perfectionnés  de recherche solaire au monde, comportant une tour solaire, un champ de 64  miroirs à faisceau optique descendant (beam down). Le processus a d'abord été  testé à une échelle de quelques kilowatts, et a été ensuite exécuté à  l'échelle de 300 kilowatts en collaboration avec des chercheurs  européens.

Les chercheurs de l'Institut Weizmann travaillent actuellement sur des minerais métallifères autres que l'oxyde de zinc, ainsi que sur  des matériaux qui pourraient être utilisés pour une conversion efficace de  la lumière solaire en énergie stockable.

Ce projet est le résultat d'une  collaboration entre des chercheurs de l'Institut Weizmann (Israël),  l'Institut Fédéral Suisse de Technologie, l'Institut Paul SCHERR (Suisse),  l'Institut de science et de génie des matériaux et procédés du CNRS (France)  et le ScanArc Plasma Technologies AB (Suède). Le projet est financé par le  programme FP5 de l'Union européenne.

Contacts :
- Yivsam Azgad - tel :  +972 8 934 38 52/56 - email : yivsam.azgad@weizmann.ac.il /  news@weizmann.ac.il
Sources : Cet article est le communique de presse en  français de l'Institut Weizmann,  04/08/2005

Page 5

 

Retour sommaire carnet